Plus près des étoiles

Nous sommes dans le désert d’Atacama. Il est neuf heures du soir. Il fait nuit noire, car la lune ne sortira que vers deux heures du matin. Pourtant, pour une fois, les trois grandes qui m’accompagnent n’ont pas un instant peur du noir… peut-être tout simplement car ce n’est pas le noir. Comme à l’Ile de Pâques, il y a un milliard d’étoiles qui éclairent le ciel. Presque jusqu’à l’horizon (à l’Ile de Pâques c’était totalement le cas, ce que je n’avais jamais vu de ma vie).

Alain Maury, l’astronome français qui nous accueille nous expliquera qu’en fait nous pouvons en voir environ trois mille à l’œil nu dans chaque hémisphère, avec une partie commune aux deux hémisphères. Mais nous pouvons en sentir beaucoup plus au dessus de nous. Elles brillent, bougent, forment des figures géométriques, ou pas, se nomment et se prénomment, bref elles vivent à l’évidence. Surtout, sans les lumières de la ville, elles se sont subitement rapprochées et comme imposées à nous, comme une diapo qui se chauffe et se tort pour apparaître tout d’un coup parfaitement nette alors qu’elle était floue auparavant. Les étoiles vont vers nous et nous invitent à les regarder, comme le monde sous-marin quand on plonge ou les insectes quand on veut bien s’intéresser à eux. Mais cette fois c’est encore plus fort ; nous nous en sentons tout d’un coup proches. La certitude s’impose progressivement au cours de la soirée, sans que jamais le sujet ne soit évoqué, que nous faisons partie du même grand corps de vie.

A l’œil nu et au  télescope nous découvrons les galaxies visibles de l’hémisphère sud : les deux nuages de Magellan et, plus lointaine et plus diffuse, celle d’Andromaque. Nous voyons aussi une supernova, étoile en fin de vie qui brille d’un éclat orangé rouge, et une nébuleuse où naissent les étoiles, la Tarantule (elle ressemble vraiment à une araignée), ou encore des constellations alambiquées qui, avec un ciel aussi « limpide », se distinguent sans difficulté. Tout cela au dessus de nos têtes !!

Lorsque je pose à Alain Maury la question de la vie en dehors de notre planète, il  répond bizarrement, mais comme un scientifique, en termes de probabilités et d’économie. Comme il y a des milliards d’étoiles donc de systèmes solaires dans notre galaxie, et des milliards d’autres galaxies, il y a certainement de la vie ailleurs. Mais comme il faut une température bien spécifique (grosso modo entre 0 et 100°C) pour permettre à la vie de se développer, et que la température est en général bien supérieure,  les probabilités d’une présence de vie proche de la terre sont très faibles. Et donc pas vraiment intéressantes à étudier ! En gros il y a certainement de la vie ailleurs mais trop loin pour espérer y aller et pour espérer de la visite. Bref il n’y a pas de marché!! Il évacue d’ailleurs par la même occasion le sujet des OVNI en se demandant pourquoi des extra-terrestres s’embêteraient à venir nous voir de si loin.

Mais il y a selon moi un défaut majeur dans son raisonnement : il travaille à paradigme constant. En effet il a glissé il y a environ une demi-heure avant : « le problème c’est que les fusées n’ont pas vraiment augmenté de vitesse depuis cinquante ans ». Les fusées n’ont pas augmenté de vitesse et on continue de compter en années-lumière, donc on reste « entre nous » proche du soleil ! Mais à aucun moment ne se pose-t-il la question d’un autre type de transport ou d’un autre espace temps qui mettraient ce monde vivant des étoiles à notre portée.

Peut-être n’a-t-il pas voulu passer pour un « allumé » et s’est-il donc abstenu d’en parler, mais je suis pour ma part convaincu que la physique quantique, et surtout la spiritualité, si nous parvenons à la vivre pleinement, en prise directe avec la matière et non de façon intellectuelle et désincarnée comme c’est bien souvent  le cas, nous donnerons d’autres accès à l’univers, Infiniment plus puissants, et donnant accès  lorsque nous serons prêts à de nouvelles rencontres ! Si si, je vous assure que nous avons bu du chocolat chaud ce soir là dans le désert, et même le fameux le chocolat de la maman d’Alain …. Nicolas

17/12/2008

Laisser un commentaire