Petit déjeuner avec des lémuriens

Ca se mérite de voir des lémuriens en face à face : route à lacets pendant trois heures, minibus surchargé, deux heures de pirogue à moteur le long du canal mais il suffit de lire Ariane pour comprendre que les contraintes logisitques valaient la peine d’être surmontées : Quand je me suis réveillée, j’ai vu que sur le seuil de la porte se trouvait une crotte de lémurien. Dans un parc, il y avait cinq énormes tortues. Quand je suis arrivée au petit-déjeuner, une queue de vari (lémurien) pendait d’un toit. Pendant que les gens nous ont apporté le fromage et les fruits, des lémuriens se baladaient sur les poutres de notre toit. Il y avait des makakos (tout noirs), deux varis, des hybrides (mélange de Makakos)…. Tous les lémuriens se baladaient, nous piquaient nos bananes et nos tartines au miel. J’ai tendu une banane à un vari qui était sur une poutre, il s’est alors tenu par la queue et lâché comme un cochon pendu. Dès que nous avions un bout de banane dans la main, soit ils nous l’arrachaient, soit ils nous sautaient dessus. C’est tout doux mais ça pue le crottin. A un moment, le vari a fait  son yoga : il s’est mis sur ses deux pattes arrières, a étendu ses bras et a mis ses doigts en rond pour prendre le soleil. Ca a de bonnes dents et de bonnes griffes. 

08/08/2009

Laisser un commentaire