Une amibe pour la route

Nous avions décidé de garder une semaine de repos à Tana, chouchoutés par Christine la cuisinière, pour mettre à jour les journaux de bord, terminer le blog, finir les cahiers de vacances, préparer les messages de remerciement à tous ceux qui nous accueillis et aidés… Finalement, les derniers jours ont été principalement consacrés aux achats : Madagascar est riche d’un artisanant varié, à base de bois, de raphia, de coton, sans oublier les épices. Nous comptons en faire profiter nos amis français, en sachant que l’agent ainsi dépensé est utile, plus particulièrement en cette année où les touristes sont rares et les denrées alimentaires chères.

Autre cadeau que je rapporte, léger et invisible à la douane : une amibe, qui m’a clouée au lit et a nécessité de faire appel à un médecin, trente-six heures avant de prendre l’avion pour Paris. Heureusement qu’Elise -fidèle lectrice du blog- et sa famille étaient rentrées à point nommé de France pour nous indiquer l’urgentiste à contacter et nous conduire à la pharmacie puisque nos trois boîtes de médicaments ne contenaient pas le bon principe actif.  Reste à savoir si les autres membres d’Espérance 7 partagent ce souvenir malgache. Plus de nouvelles après une visite au département “maladies tropicales” de l’hôpital Claude Bernard ?

16/08/2009

Laisser un commentaire