Notre bestiaire australien

Jeudi, janvier 29th, 2009

La raison principale de notre passage par l’Australie était de voir en liberté des animaux qui font rêver les enfants, koalas et kangourous en tête. Mission accomplie, avec bien d’autres espèces à notre palmarès même si la majorité ont été vus dans les zoos et aquariums. A vous de reconnaître les invités de notre bestiaire australien.

Nous aurions aussi souhaité découvrir la culture aborigène, en dehors des musiciens au corps peint de Circular Quay. Nicolas connaissait une tribu qui cultive et commercialise du bois de sental dans les environs de Perth, j’avais un contact avec une lithographe française installée dans les territoires du Nord (merci Lina) qui met ses talents au service des communautés aborigènes. Malheureusement, les distances -plusieurs milliers de kilomètres dans les deux cas- ont eu raison de nos projets. Peut-être pour une prochaine fois, qui sait ?

Marie face aux crocodiles

Dimanche, octobre 26th, 2008

A 9 h du soir je suis partie avec Papa dans une petite barque voir des « jacarés »  dans le fleuve où nous nous étions arrêtés avec le gros bateau. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre car dans toutes les histoires, les crocodiles sont énormes et très agressifs. Orlando et son cousin sont des Indiens de la tribu à qui nous avons rendu visite aujourd’hui : ils connaissent bien la faune qui les entoure. Ils ont droit de tuer les animaux -dont les crocodiles- à condition qu’ils les mangent et ne les revendent pas. Malgré tout, Ariane et Doantella ont acheté un collier orné d’une dent de jacaré….Orlando nous explique que pour reconnaître un jacaré il faut l’éblouir avec une lampe de poche et si c’en est un, son oeuil devient rouge mais pour les grenouilles ou sapo comme dirait Marthe c’est pareil. Au bout de 5 minutes, tout le monde ouvrait grand les yeux et cherchait des petits points rouges. Soudain nous en vîmes un mais très mal et très vite il repartit. Nous avons donc continué à en chercher et des poissons sautaient à 2,50m au dessus de nous. Quand on entendait des poissons sauter, des gémissements de crocodiles et que l’on voyait un oeuil rouge, il y avait forcément un crocodile dans les parages. Le deuxième  nous l’avons bien vu car  Orlando lui a couru derrière pendant 5 min et nous l’a apporté. Il mesurait 1 mètre et était jaune et marron. Le crocodile était tenu par le cou et il pleurait. C’était arcourcourchcarcouhcarrcharccharcouc. Soudain un autre gros point rouge apparut : le troisième jacaré, aveuglé par les lampes. Il restait immobile et faisait très bien la statue (il aurait battu tout le monde à ce jeu!). Sorti de l’eau, je constatais que ce crocodile faisait ma taille et était semblable au précédent. C’était re arcourcourchcarcouhcarrcharccharcouc!  ;-). Comme je commençais à bailler en imaginant une nuit fraîche dans le bateau tous en rang d’oignons dans les hamacs, nous sommes rentrés…. MARIE

Conclusion : il ne faut pas toujours croire aux histoires mais il vaut mieux être bien accompagnés au coeur de l’Amazonie.

 

 

 

Le parc zoologique de Belem en Amazonie

Jeudi, octobre 9th, 2008

Nous sommes allés dans le parc Emilio Goeldi, un parc zoologique et botanique. Nous commençons à peine à marcher que nous apercevons quatre cigognes et hérons. Sur la plage, il y avait des ibis, des canards, nous avons même vu des vétérinaires soigner une cigogne qui avait de l’arthrite. Dans l’eau, il y avait des tortues d’un mètres. En cage, nous avons vu deux jaguars et une panthère noire qui allait chercher de la viande sur un tronc d’arbre. Je continuai toute seule et dans les feuillages, je vis un agoutchi (une espèce de petit capibara, de la famille des rongeurs). Tout d’un coup, Papa trouve une petite boule, très haut dans un arbre, qui ne bougeait pas, qui dormait. C’était un paresseux.Nous avons vu une dizaines de petits crocodiles et un énorme, qui ne bougeait pas et qui avait le bout de la queue à moitié coupé. Il y avait même des souris mortes à côté. Papa a avancé un peu et il a dit : j’ai vu la copine d’Ariane, je ne comprenais pas mais en faite, une loutre en portugais se dit Ariranha. Papa m’a dit d’aller chercher les sœurs car il y avait deux paresseux. Nous les avons vu se déplacer la tête à l’envers. J’ai bien vu sa tête et ses mains. Dans un arbre, Papa a aperçu une immense iguane et j’ai vu un petit derrière. Ils avaient un œil énorme et blanc, une immense queue rayée blanche et noire. C’était très difficile à repérer car l’iguane était bleue pale et l’arbre était vert foncé. A côté se trouvait une cage avec les harpies et un bébé qui essayait de voler, des toucans aux yeux bleu turquoise et aux yeux orange, des perroquets Amazones… En face, se trouvaient des singes araignées parce qu’ils faisaient les équilibristes, Spider Man !!! A côté, il y avait des tapirs énormes. Nous avons continué et il y avait des hiboux et un peu plus loin des aras de toutes les couleurs, des aras bleu très foncé et seulement l’œil jaune, des aras bleus plus clair avec une tâche de jaune. ARIANE