Messe en rite syrio malabar

Samedi, mars 7th, 2009

Il y a encore une semaine, nous ignorions que l’Inde avait été terre de mission pour Saint Thomas au 1er siècle et s’était donc convertie au christianisme avant Rome Nous n’avions pas non plus participé à une messe de rite syrio-malabar, en malayalam de surcroît. C’est chose faite depuis aujourd’hui, dans le monastère Avila de Munnar, même si nous n’avons pas poussé jusqu’à fayoter avec le chemin de croix car une caractéristique du rite syrio-malabar est sa durée ! Une autre différence importante réside dans le fait que c’est l’Esprit Saint qui transforme le pain et le vin en Corps et Sang du Christ. Assemblée et prêtre entonnent des chants et se répondent l’un l’autre. Une fillette d’une dizaine d’années donnait parfois la répartie au célébrant : pratique qui m’a étonnée dans un pays où les enfants ne semblent pas avoir voix au chapitre et où les femmes triment dans les champs. A l’église, hommes et femmes sont d’ailleurs séparés.

Les backwaters du Kerala

Mardi, mars 3rd, 2009

Les backwaters, dédale de neuf cents kilomètres de canaux reliant les villages du Kerala, seraient la perle du de l’Inde du sud. J’espérais mieux ; rien de très sensationnel à admirer : les jacinthes envahissent les plus petits bras de rivière et empêchent l’accès des embarcations, les bateaux prévus pour dix personnes n’en promènent que deux mais polluent pour dix, la vie des villages ne peut guère être appréciée depuis l’eau. Le meilleur moment aura donc été la découverte de la maison natale du bienheureux Chavaras, béatifié en même temps que Sainte Alphonsa et carme comme le Père Thomas qui nous accompagne depuis Trivandrum pour rallier son monastère de Munnar, dans les hauteurs. Nous avons eu tellement chaud sur la côte que nous préférons modifier le programme initial pour intercaler une large plage de fraîcheur dans les plantations de thé, toujours chez nos Carmes.

1er dimanche de Careme

Dimanche, mars 1st, 2009

Le carême avait commencé à l’ashram d’Isha : mercredi des Cendres sans messe car la seule église à portée de rickshaw n’était pas catholique. Pour le premier dimanche de Carême, nous sommes mieux lotis : nous avons été accueillis à Trivandrum par le père Sébastien, supérieur des Carmes du Kerala qui compte 150 prêtres répartis dans douze monastères. C’est encore la Providence qui est à l’origine de son invitation : pendant le vol Sydney-Mumbaï, Nicolas expliquait à une Hollandaise insomniaque notre trajet prévu en Inde quand un homme d’affaires (comme quoi l’habit ne fait pas le moine) lui a proposé de le recevoir au Kerala, sa province d’origine….

Un mois s’est écoulé depuis cette rencontre et nous voilà dans sa communauté, logés à la colline Béthanie dans le centre de retraite de l’évêché. Voiture climatisée et chauffeur à notre disposition pour aller de la plage au zoo et au musée, en nous étonnant du nombre d’églises ou bâtiments religieux que l’on aperçoit dans la capitale du Kerala ! Nous avons plus l’impression d’être en terre chrétienne qu’hindoue ici : pas étonnant puisqu’un tiers de la population est chrétienne. Nous apprenons vite que la première sainte indienne, Alphonsa, béatifiée en octobre 2008, a passé sa vie au Kerala : elle est à la première place dans l’église attenante au monastère carmélite.

Bisons à babord

Lundi, février 16th, 2009

Réserve naturelle de Wyanad, à la frontière entre les états du Kerala et du Karnataka. Vers 6 H 45 du matin, Maman frappe à la porte assez fort et le réveil fut un peu tourmenté parce que les parents ne se sont pas réveillés. Le froid dehors me réveille. Il commence à faire jour et nous montons dans un 4×4 où nous nous serrons un peu car nous avons froid. Nous entrons dans une réserve d’éléphants où il y a aussi 16 tigres et 12 léopards. Pour mettre toutes les chanves avec nous, il y a un autocollant avec Jesus, un dieu indhou et une representation musulmane…Les premiers animaux que nous voyons sont des singes. Un animal habituel pour nous. Sur la route, nous distinguons assez bien une trace de serpent énorme qui est passé par là il y a moins d’une heure. Tout d’un coup j’entrevois au loin une gigantesque boule de fourrure marron. Ca ne peut pas être un éléphant. Nous nous approchons et nous constatons que des bisons d’Inde nous regardent. Comme a dit Maman « merci Ariane, tu nous as fait gagner une bouteille de champagne. »Nous avons aperçu des tas d’oiseaux différents et à un moment, un rapace a foncé sur un animal et est reparti avec une poule entre ses serres. Nous avons entrevu des coqs sauvages : les poules que nous avons en France sont originaires d’Inde. Quand nous avons croisé une voiture, ils nous ont dit qu’ils avaient vu un éléphant à quelques kilomètres donc nous avons foncé mais nous n’avons rien vu. Nous avons regardés des écureuils d’un mètre au pelage roux qui ressemblait vraiment à une belette : on le nomme l’écureuil géant Malabar. Nous avons observés beaucoup de daims avec de très beaux bois. Nous n’avons pas vu d’éléphants mais nous avons observés tout un troupeau de bisons avec le gros mâle, la femelle et des petits. Ils étaient une dizaine. J’ai vu des griffes de tigres sur des arbres. ARIANE